• La planète Massacrée par les traffics

    La planète Massacrée par les traffics

     

    Certains êtres de cette planète sont prêt à tous les traffics pour s'enrichir et ce au détriment de la planète qui se détruit de plus en plus.

    Voici en photos les principales sources de traffics qui détruisent la planète.

     

    L’exploitation de bois précieux

    Chaque année, plusieurs milliers d’hectares de forêts du Cameroun sont arrachés pour le commerce de bois précieux, comme l’ébène, utilisé dans l’ameublement. Illégalement coupé, ce bois est ensuite importé en France.

     

    Le désastre des sables pétrolifères

    Longtemps négligés à cause du coût faramineux de leur exploitation, les sables bitumineux du bassin de la rivière Athabasca, au Canada, sont devenus rentables avec la flambée des prix du pétrole. Il faut dire que les réserves estimées sont énormes: 180 milliards de barils (quand l’Arabie Saoudite culmine à 260 milliards !) Mais l’exploitation de ces sables représente une vraie menace pour l’environnement.

     

     

    Une ruée vers l’or menaçante

    Vendu en moyenne 15 euros le gramme, l’or attire des milliers d’orpailleurs à la frontière de la Guyane française, du Brésil et du Surinam. Un trafic clandestin qui a des conséquences catastrophiques sur l’environnement.

     

    Une viande de brousse très appréciée

    La "viande de brousse" est le nom donné à la viande d'animaux sauvages recherchée par de nombreux amateurs sur le continent africain. On trouve à la carte de certains restaurants du singe (gorille, chimpanzé…) mais aussi de la chauve-souris, de l'antilope, de l'éléphant, du serpent, etc. Le commerce illicite de viande de brousse est ainsi évalué à un million de tonnes par an ! Les ravages causés par les guerres civiles, lorsque les miliciens se nourrissent d’espèces protégées, ont également eu de sérieuses conséquences sur les effectifs des parcs nationaux. 

     

    Des tonnes de produits chimiques déversés

    À la fin des années 1960, près de cent ans d'industrialisation effrénée ont gravement pollué les Grands Lacs, situés entre le Canada et les Etats-Unis. Malgré les promesses du gouvernement canadien d’enrayer un tel massacre, une étude a révélé qu’entre 1998 et 2002, les usines ont encore déversé un milliard de kilos de produits chimiques toxiques par an. 

     

    Le commerce d’ailerons de requins

    En avril, avec son film "Les seigneurs de la mer", le réalisateur Rob Stewart a voulu sensibiliser le monde entier à une situation préoccupante: en dix ans, 90 % des requins ont été exterminés, soit 100 millions d’individus par an. La principale cause: ces bêtes sont tuées pour leurs ailerons, qui seraient un excellent Viagra naturel.

     

    L’appât de la corne de rhinocéros

    Vendue jusqu’à 2.000 euros pièce, la corne du rhinocéros est extrêmement convoitée. La médecine chinoise traditionnelle lui prête des vertus pour accroître la puissance sexuelle, tandis qu’au Yémen, un poignard à manche en corne de rhinocéros est un symbole traditionnel de virilité. C’est pourquoi le rhinocéros noir (qui possède une double corne) risque de disparaître si la chasse illégale n’est pas rapidement stoppée: en seulement 15 ans, la moitié de l’espèce a été exterminée et il ne reste que 300 spécimens.

     

    Les poissons empoisonnés du Lac Victoria

    Sur les marchés occidentaux, la perche du Nil est particulièrement adaptée aux exigences de la grande distribution: larges filets sans arêtes, viande blanche et facile à cuire. Au cours de la dernière décennie, de nombreuses usines de conditionnement du poisson ont donc vu le jour le long du lac Victoria où a été volontairement introduite la perche, qui a détruit la plupart des autres espèces de poissons.

     

    Mafia et déchets toxiques dans l'Union européenne

    Chaque année, l'Union européenne produit 1,5 milliard de tonnes de déchets (soit 2% de plus chaque année), dont 300 millions de tonnes doivent être recyclés ou détruits. Or le coût de traitement est élevé, de 400 euros la tonne pour de l'amiante à près de 2.000 pour certains liquides. Les producteurs, qui refusent d'assumer ces coûts, se débarrassent de leurs produits toxiques en se tournant vers les écomafias et l'exportation vers le tiers-monde des matières toxiques.

     

    Les tigres menacés d’extinction

    Les tigres de Sumatra (Indonésie) sont la sous-espèce de tigres la plus menacée au monde. Dents, griffes, peaux, moustaches: de nombreuses parties de leurs corps sont utilisées dans la médecine traditionnelle chinoise. 

     

    Des forêts transformées en champs

    La forêt amazonienne ne cesse de reculer. Entre août 2007 et août 2008, 8.147 kilomètres carrés ont été détruits, soit deux fois plus que la période précédente. En trente ans, l’Amazonie a ainsi perdu 200 millions d’hectares sur un total d’un milliard !

     

    L’essor des industries papetières

    Si les forêts d'Amérique du Sud ou d'Afrique attirent tous les regards, les forêts anciennes de Tasmanie sont elles-aussi victimes du business du papier. Même si cette industrie utilise avant tout des sciures de bois, un rapport de Rainforest Action Network de 2007 a pointé la responsabilité des industries nippones dans la destruction des forêts de Tasmanie. Trois sociétés japonaises se partagent ce commerce florissant qui détruit près de 15 hectares de forêts tous les ans. A l’heure actuelle, 90% des eucalyptus géants de l’île ont été abattus et il ne reste qu’un quart de la surface boisée encore intacte.

     

    Des animaux exotiques… de compagnie

    Les chiffres donnent le vertige: chaque année se vendent dans le monde 50.000 singes, 5 millions d’oiseaux vivants, 10 millions de reptiles, 15 millions de mammifères et 350 millions de poissons tropicaux. A l'échelle mondiale, ce trafic brasse des milliards d’euros par an, un oiseau tropical pouvant se vendre jusqu’à 13.000 euros ! 

     

    Plus d'1 million de dollars pour des défenses d'éléphants

    Récemment, une vente aux enchères internationale de défenses d’éléphant a écoulé 7,2 tonnes d'ivoire pour 1,18 million de dollars. Un business florissant qui a un coût: depuis 40 ans, les populations sauvages d'éléphants d'Afrique, la principale source d'ivoire, ont diminué d'environ 75%.

     

    Source “la chaine verte”

     

     

    >>>Retourner au sommaire des actus<<<


  • Commentaires

    1
    roro
    Jeudi 4 Décembre 2008 à 17:30
    Je te fusillerais sur le champ, tous ces chasseurs, pollueurs, tueurs d'animaux...
    2
    vinz
    Jeudi 4 Décembre 2008 à 23:32
    c'est triste de voir a quel point l'homme peut etre debile
    3
    uih
    Jeudi 4 Décembre 2008 à 23:37
    pareilk
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :