• Gerald Dahan piège Nicolas Dupont-Aignan

    Gérald Dahan piège Nicolas Dupont-Aignan en se faisant passer pour Eric Cantona. Malgré l’imitation un peu moyenne, NDA semble mordre à l’hameçon... et ce qui aurait pu s’avérer catastrophique pour lui (s’il avait lâché une bourde) le met, au contraire, tout à son avantage. L’homme semble sincère, et il lâche quelques méchantes vérités.

    NDA, qui s’est radicalisé depuis 2007, où il avait choisi au second tour Sarko contre Ségo, dit tout le mal qu’il pense de Nicolas Sarkozy : "C’est une catastrophe ambulante". Il acquiesce lorsque Dahan le qualifie de "crapule". Il rassure ceux qui pouvaient encore en douter : jamais plus il n’appellera à voter pour Sarkozy. "Je serai jamais un rabatteur de Sarkozy, jamais. Je préfère mourir que ça."

    Il dit sa franche préférence pour François Bayrou, qui "n’est pas acheté par tous les mecs du CAC40", et même pour François Hollande, "un type bien", mais complètement inutile. Il analyse les forces et les faiblesses de Bayrou : un homme "très solitaire, un peu vaniteux", qui utilise des gens et les lâche... mais qui n’est pas lié au fric, "un paysan au sens noble". NDA se montre assez favorable à Marine Le Pen, tout en affirmant sa vive aversion vis-à-vis du Front national.

    Il accuse les instituts de sondages de tromper l’opinion publique : "Les sondages sont manipulés. Regarde la propriété des instituts de sondages et t’as tout compris..." Son constat général sur le monde est terrible : "Nous sommes à la veille d’une immense révolution. Ce monde est pourri jusqu’à la moëlle".


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :