• Emissions Arte du 17 décembre

    Tous les samedis à 19.15, ARTE Reportage regarde le monde en face pour éclairer les grands enjeux de la planète.

    Gérard de Villiers, écrivain, est allé, en septembre, en Libye, afin de recueillir des éléments pour son prochain livre.

    La Chine à l'assaut du bouddhisme Cette année, le gouvernement chinois fête les 60 ans de ce qu'il appelle la «libération pacifique» du Tibet... Aucun risque n'est pris, les festivités doivent se passer sans heurts : des milliers de militaires et de policiers chinois ont été déployés dans tout le Tibet historique, pour mater le moindre embryon de révolte tibétaine. A priori, rien de neuf sous le soleil des contreforts himalayens... Mais il y a plus sournois, moins visible. Aujourd'hui, la colonisation chinoise prend un autre visage, celui de l'assimilation au peuple dominant, les Hans, fidèles au régime, au détriment des Tibétains eux-mêmes. C'est un phénomène récent, une nouvelle manière d'infiltrer et de contrôler la culture tibétaine, en allant au cœur de son identité : le bouddhisme. Chaque année, des milliers de Chinois non tibétains se rendent ainsi dans les monastères bouddhistes qu'abrite le Tibet historique, et notamment dans le plus grand d'entre eux : le Larung Gar. Ce reportage rare - journalistes et caméras sont interdits dans ces zones sensibles - nous emmène au coeur de ce haut lieu du bouddhisme, dans le Yunan, à la frontière de la région autonome du Tibet, à la rencontre de colons chinois d'un nouveau genre. Ils peuvent être de simples touristes émerveillés par une culture différente, que Pékin selon eux, laisse totalement libres de s'épanouir, ou alors des croyants en pélerinage, ou de futurs moines pour qui l'indépendantisme tibétain n'a pas lieu d'être. C'est le cas de Sun Jian Hao, un riche et cultivé Shanghaïen : cet homme généreux, féru de culture tibétaine est un citoyen chinois comme les aime le régime. Il clame dans tout le Tibet historique les vertus de la Chine, pays libre, tolérant et grand sauveteur d'un peuple tibétain en pleine misère... Sun Jian Hao a failli devenir moine, sacerdoce auquel de plus en plus de Hans se consacrent désormais : le parti communiste chinois, matois, laisse au temps et à la naïveté de ses administrés le soin de dissoudre dans la culture de la majorité, l'irrédentisme de ce qui apparaît de plus en plus comme une minorité en voie de disparition... Libye : SAS, un envoyé très spécial Depuis la chute du régime de Khadafi après 42 ans de dictature, l'ombre des mouvements islamistes plane au-dessus de la Libye. A 82 ans, Gérard de Villiers, écrivain et journaliste, décide de partir, le 6 septembre dernier, en Libye, à Benghazi, afin de recueillir les éléments de son prochain SAS, „Les Fous de Benghazi", destiné à paraître début janvier 2012. Son enquête débute au Caire. Puis à Benghazi pour finir à Tripoli. L'investigation porte sur les activités du GICL (groupe islamiste de combat libyen) qui a infiltré le mouvement anti-Kadhafi, et sur ses liens avec Al Qaïda et l'AQMI (Al Quaïda au Magreb Islamique). Pourvus de tonnes d'armes pillées dans les casernes libyennes, les terroristes d'Al Qaïda disposeraient désormais d'armes de guerre sophistiquées. La perspective de voir disséminer des missiles anti-aériens de fabrication russe SAM-7, dont des centaines ont été subtilisés en Libye, change la donne... et augmente l'inquiétude des services secrets internationaux. Une partie de ces armes a déjà été acheminée en Egypte grâce à la complicité des Frères Musulmans, certaines ont été récupérées par des groupes Salafistes installés en Egypte. L'histoire de ce prochain SAS débutera par une tentative d'attentat au Sam 7 contre un avion d'American Airlines au décollage du Caire. Grâce aux numéros de séries des Sam 7 on retrouve leur provenance : Malko Linge, alias Gérard de Villiers, part à Benghazi pour remonter la piste... Frédéric Tonolli a suivi Gérard de Villiers dans ses pérégrinations, à la source du renseignement. Qui sont ses contacts sur place ? Comment recueille-t-il les informations capitales qui font la matière de ses livres ? Temps de Pose : Africa-America Africa-America est une itinérance construite autour de portraits de populations noires, descendant d'esclaves venus des côtes africaines au 16e siècle, avec l'économie de plantation en Amérique espagnole.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :