• Dans le futur, les forces de l'ordre seront équipés de caméras à la boutonnière

    c0b63d4e-43a8-11e2-bdab-0f66208e149e-493x775«Puisque les gens nous filment à notre insu, autant que les policiers assurent eux-mêmes la prise d’images et de son.» La réaction de Patrice Ribeiro, le patron de Synergie-Officiers, syndicat plutôt classé à droite, laisse à penser que la dernière annonce de Manuel Valls ne devrait pas heurter outre mesure les membres des forces de l’ordre. Car le ministre de l’Intérieur a décidé de relancer un projet des années Sarkozy: équiper les patrouilles de police et de gendarmerie servant dans les quartiers les plus difficiles de minicaméras épinglées sur la poitrine.

    L’appareil, relié à une mémoire flash ou un minidisque dur, doit enregistrer les actions de police mais aussi les simples contrôles d’identité. Pour couper court à toute polémique et apaiser le climat sur le terrain, tant il est vrai que la présence d’un objectif a tendance à calmer les ardeurs des plus belliqueux. Où qu’ils se trouvent… Une démonstration officielle pour les syndicats aura lieu après les fêtes.

    Dans un premier temps, 164 caméras seront livrées aux patrouilles dans les zones de sécurité prioritaires (ZSP) chères à l’Hôtel de Beauvau, trois caméras par ZSP donc, pour les policiers et les gendarmes. «À 1000 euros pièce, mieux vaut cibler les dotations», confie-t-on au cabinet du ministre. Le marché public est en bonne voie. Une première expérimentation a déjà eu lieu en 2009, en Seine-Saint-Denis notamment, mais aussi dans les Yvelines, le Val-de-Marne et, plus tard, dans l’Essonne.

    Source


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :